Un constat

Le stress et les risques psychosociaux augmentent les Troubles Musculo-Squelettiques et nuisent à la productivité
On distingue les situations de :
  • Stress aigu quand une personne doit faire face à un événement ponctuel,
  • Stress chronique lorsque cette situation est durable.

Ces questions entraînent une réponse physiologique du corps :

Le stress se traduit par un état physique et émotionnel que ressent la personne lorsqu’elle perçoit un déséquilibre entre la demande de l’environnement et ses propres ressources pour y répondre.

C’est l’absence de contrôle que la personne pense avoir sur sa situation de travail (c’est-à-dire la plus ou moins grande autonomie dont elle dispose pour l’organisation des tâches et la participation aux décisions) qui est très importante dans l’apparition d’un état de stress.

Le soutien social au travail (soutien socio émotionnel et technique) de la part des collègues et des supérieurs hiérarchiques participe à réguler les états de stress ressentis.
Les conséquences du stress sur la santé des salariés engendrent des dysfonctionnements dans l’entreprise.

Près de 4 managers sur 5 sont concernés par le stress au travail (selon l’enquête européenne des entreprises sur les risques nouveaux et émergents (ESENER), publiée le 3 juin 2010, par l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail).
Selon le ministère du Travail
C’est la combinaison au cours de la vie professionnelle de facteurs biomécaniques (travail en force, gestes répétitifs à cadence élevée, positions pénibles, postures prolongées, maniement de charges lourdes, vibrations, matériel de manutention défaillant ou inapproprié, etc...) associés à une organisation de travail inadaptée avec un temps de récupération insuffisant et des situations de stress au travail (sentiment d’isolement, pression des résultats, etc...) qui entraîne les troubles musculo-squelettiques.

Directement liés à des conditions de travail n’ayant pas assez intégré les principes de prévention en amont, les troubles musculo-squelettiques se traduisent par des douleurs de plus en plus gênantes, voire invalidantes pouvant conduire à une incapacité de travail. Ils affectent directement les muscles, les tendons et les nerfs pour prendre par exemple la forme de douleurs au poignet (canal carpien) ou de douleurs dorsales (lombalgies), tendinites de l’épaule et du coude.

Les troubles musculo-squelettiques regroupent une quinzaine de maladies qui affectent les membres supérieurs, inférieurs et la colonne vertébrale.
Ils représentent un perte de performance pour l’entreprise
liée à la gestion des absences, à la réorganisation, au maintien d’un niveau de productivité et de qualité satisfaisant.
Quelques chiffres
Les TMS en France :
  • 81% des maladies professionnelles (avec ou sans arrêt de travail) reconnues pour les actifs du régime général.
  • 36926 nouveaux cas en 2010
  • + 18% de cas par an depuis 10 ans,
  • perte de 8,4 millions de journées de travail.